CD

CD

Je vais vous parler aujourd’hui d’une de mes connaissances, que nous appellerons Nasreddin pour des raisons évidentes de sécurité en ces temps troublés pour la liberté d’expression et la sécurité des internautes.

Avec la loi Hadopi re-re-re-votée hier, c’est un jour bien sombre pour la Liberté et la République française. Maintenant la chasse aux pirates est ouverte, et Nasreddin en est un.

Ce n’est pas mon cas bien évidemment, tout le monde le sait bien que loin de moi cette idée de « pirater », mais ce Nasreddin (dont je ne dévoilerais pas l’identité, même sous la torture) oui.

Il n’était encore il y à peu qu’un petit pirate de semaine, d’attaquant pas un bateau de temps à autre comme ça sans y penser, mais copiant à la place une ou deux chansons, ou un navet pour son dimanche soir. Il achetait également, comme ça sans y penser, parce que c’est ce qui se fait…

Bref, Nasreddin était un dangereux terroriste sans le savoir.

Aujourd’hui Nasreddin, un peu exaspéré par le climat ambiant sur le supermarché de la culture (copyright notre dictateur national), et trouvant qu’on se fout un peu de sa gueule lorsqu’il veut acheter quelque chose, il a décidé de rejoindre la masse de plus en plus nombreuse de ceux qui n’achètent plus de CDs ou de DVDs.

Il ne fait pas cela par haine pour les artistes (qui eux seront toujours là même si l’argent de Nasreddin leur manquera pendant quelques années pour joindre les deux bouts) mais parce qu’il trouve que ceux qui transforment la culture en supermarché et sont des rapias s’engraissant sur le dos des artistes et de Nasreddin lui même. Eux pourraient ne pas survivre sans l’argent de Nasreddin par contre.

Pourtant Nasreddin n’a pas un mauvais fond. Il ne fait pas cela uniquement pour se la jouer mauvais garçon et ne télécharge pas pour le plaisir de voler. D’ailleurs si demain il ne pouvait plus rien télécharger, il continuerait à de rien acheter.

.

Il serait ravi de participer à l’enrichissement des artistes qu’il aime, d’écouter et d’acheter les albums qui lui plaise, de se payer un fil de temps à autre parce que vraiment il vaut le coup, mais il ne le fait pas pour plusieurs raisons.

Les raisons du non achat des produits de l’industrie culturelle
  • CDs il n’achète pas car beaucoup ont un prix exorbitant par rapport à ce qu’est l’objet. 15-25 la galette cela fait beaucoup l’objet dont entre 3 et 5€ reviendront dans la poche des différents artistes. Et puis Nasreddin écoute sa musique sur ordinateur et sur son baladeur, il n’a pas besoin de l’objet physique qui dispose en plus quelque fois de protection l’empêchant de copier la musique sur son ordinateur.

Pourtant ce serait la solution qu’il choisirait s’il était forcé (on en est pas encore là heureusement) d’acheter de la musique car les autres solutions sont bien pires.

  • Les DVDs/ Bluerays il n’en a jamais acheté et ne le fera pas, car au delà du prix très important également, ces galette disposent de protections l’empêchant de regarder son film où il le désire (zonage)  encore trop répandues. Et puis la lecture de ceux-ci est une véritable épreuve avec des pubs et annonces au début qu’il est impossible de passer. Il trouve cela insupportable et ne regarde que des copies qui lui permette de voir que la partie qui l’intéresse, i.e. le film, qui est sensé être ce pour quoi on achète une galette

Les BR possèdent de plus des techniques de protections bien plus intrusives et contraignantes pour le consommateur, à un point que les pirater devient quelque chose de parfaitement normal pour pouvoir regarder un film sans se faire chier à chaque fois.

  • La VOD (video on demand) il a essayé et cela n’a jamais marché, pour cause de non compatibilité, ou de site qui ne marche pas (après avoir payé, impossible d’avoir accès au film ce qui est un comble). Et puis le choix est tellement limité qu’il est rare de trouver ce que l’on cherche.
  • Les sites de streaming, il s’en sert de temps en temps, lui permettant l’écoute de nombreuses musiques qu’il ne souhaite pas télécharger (ni acheter bien sûr) et c’est bien pratique. Mais il n’aime pas ça non plus, car les artistes touchent des micro-miettes sur les revenus de ces sites, les grandes industries gardant pour elles tous les bénéfices. Mais cela ne le concerne pas, car ayant un bloqueur de publicités sur son navigateur Internet il ne participe pas à la génération de cet argent. Du piratage dont tout le monde se fiche…
  • L’achat de musique sur Internet… On hésite entre une tentative ratée ou une arnaque sans nom. Mais dans tous les cas ce n’est pas encore ça pour Nasreddin, il va falloir plusieurs évolutions pour que Nasreddin commende à acheter de la musique en ligne:

– Une baisse et une meilleure répartition des prix, 30 cents le titre, dont l’artiste touche au minimum plus de la moitié (ce qui représente pour les artistes le double de ce qu’ils touchent aujourd’hui) ou moins si l’artiste touche moins… Y’a pas de raisons.

– L’arrêt des DRM qui empêchent la lecture de la musique acheter (donc qui nous appartient) où on veut, quand on veut, comme on veut, le nombre de fois que l’on veut. Les DRM sont vraiment une arnaque sans nom pour des imbéciles en puissance.

– La possibilité d’acheter de la musique anonymement, sans avoir à créer un compte en donnant son nom et son adresse, et permettant ainsi que nos habitudes de consommations soient enregistrées, suivies et étudiées. Inacceptable pour Nasreddin.

– Une qualité suffisante pour répondre aux attentes des acheteurs. Pas question d’acheter des MP3 de piètre qualité, c’est bon pour le piratage parce qu’on de paye pas ça. Pour la musique qu’on achète il n’y a pas de raisons que celle ci soit de moins bonne qualité que pour les CDs. Un format « lossless » (sans perte de qualité) est juste le bon sens…

  • Le cinéma, il y va, parce qu’il est encore jeune et que à 3,90€ la place cela reste raisonnable. Quand il devra payé 10€ la place ce sera un divertissement de moins pour lui. De plus avec l’arrivée de la 3D, les prix augmentent et les marges sur les places de cinéma augmentent avec… et le prix payé devient vraiment inabordable.

Voila pour l’avis de Nasreddin sur l’état de l’industrie culturelle malade, qui ne se donne pas les moyens de survivre en méprisant les amateurs de culture. Beaucoup sont dans le même cas et partagent son avis, et je suis dans ceux-là. Au lieu de nous pondre des loi sstupides et dangereuses sous la pression des lobbys nos chers élus devraient plutôt trouver un remède à la maladie.

J’espère que ce témoignage vous aura intéressé, et que peut être les membres de la commission qui ont pour mission de remettre le supermarché de la culture sur pied auront la chance de passer par ici.

Pour les autres si vous êtes inquiet de la loi Hadopi en le soyez pas ! Si par (mauvais) miracle celle ci est un jour appliquée quelques recherches sur Internet vous indiqueront comment passer outre et ne jamais être inquiété.

Crédit photo: hinderik (Creative Commons by-nc-sa)

Publicités