Money
Money

La loi Hadopi à fait grand bruit (et je suis persuadé que ce n’est pas fini), mais dans toute cette malheureuse histoire qui n’annonce rien de bon pour l’Internet et pour les libertés de tous, il y a un point positif.

Très positif même, bien que les instigateurs de la loi auraient probablement préférés que ce point reste sous silence : la part (faible) revenant aux artistes eux-même dans les œuvres achetés.

Aujourd’hui avec Internet il est possible de changer cela !

Notre ministre de la Culture le disait lors des débats sur la loi à l’assemblée, sur des chansons achetées 1€ sur les sites de vente légaux, au maximum 7 cents sont redistribués aux artistes. Je discutais aujourd’hui avec un collègue qui me disait qu’en Espagne un de ses amis (oui c’est une info de troisième main seulement…) avait signé un contrat avec Sony et touchait 23 cents par CD physique vendu. Des exemples comme ça il y en a pléthore un peu partout.

Autant je pense qu’un fichier de musique numérique qui ne coute rien à « fabriquer » (pas créer, fabriquer) ne peut pas être décemment vendu 1€, autant pour moi une chanson vaut plus que 7 cents et un CD plus de 23 cents, et qu’il est inacceptable que les auteurs ne touchent que ces bouts de cacahouètes.

Aujourd’hui Internet et le p2p nous offrent la possibilité merveilleuse  (oui je trouve  que c’est une bonne chose) d’avoir accès de partout à un contenu supérieur à ce que toute plateforme légale pourrait rêver de proposer. Et en plus très facilement et sans restrictions techniques. C’est une solution de rêve, autant pour les artistes que pour leur public (je n’aime pas le terme de consommateur…).

Aujourd’hui nous sommes face à un problème qui est que les artistes ne touchent rien sur les œuvres téléchargées sur Internet, ce qui n’est pas normal tout le monde en convient. Alors que faire ? On peut soit couper Internet, soit trouver une solution pour que les artistes soient rémunérés… Simple.

Il est impossible de couper Internet, reste à mettre en place un cadre légal autour du p2p (et autres : streaming, …). Cela s’appelle la licence créative, ou la licence globale et il existe beaucoup d’info la dessus ailleurs.

License globale

Licence globale

Malheureusement ce n’est pas encore pour demain, car dans ce projet les intermédiaires qui absorbent l’argent des artistes disparaissent (majors, sacem…) et comme ils ont de l’argent ils font pression pour garder leur place et pour essayer de contrôler, filtrer, couper Internet

Donc pour l’instant les seuls choix disponibles sont de télécharger illégalement ou acheter à prix fort dans un choix réduit (dans les deux cas les artistes ne reçoivent pas ou peu d’argent) ce qui est regrettable pour les artistes autant que pour le public. Peu de gens sont fondamentalement contre le fait de rémunérer les artistes après tout, et je suis sûr que si on proposait de le faire tout le monde serait d’accord.

Mais il faut rémunérer les artistes et non pas de grosses boites friquées et pour un prix décent.

Avec Internet tous les outils sont là pour faire cela.

Le p2p est le moyen le plus efficace et le plus simple d’accéder aux œuvres, continuons comme cela, ensuite il faut pouvoir donner de l’argent aux artistes pour les œuvres téléchargées. Internet permet de faire cela très facilement aussi.

Envoyons simplement un mail à/aux artistes pour leur dire que nous avons télécharger ou copier chez un ami telle chanson ou tel CD et que nous trouvons normal de leur payer ce que nous leur devons, et leur demander combien ils touchent pour cette chanson/CD.

Évidemment il n’est pas question de leur payer exactement cette somme, mais ou moins le double !

Idéalement,  pour une musique de très bonne qualité je trouve (mais ce n’est qu’une estimation personnelle à l’heure actuelle, qui est sujette à changement, à réflexion, à réestimation) qu’un quart à un tiers du prix de commerce est une bonne base de départ (ce qui nous ferait 25 à 30 cents pour une chanson, 2,5 à 3€ pour un CD, directement pour l’artiste), mais un mp3 encodé à 128kbits ne vaut pas autant.

Ce n’est évidemment pas une solution au problème bien au contraire ! mais en attendant des politiciens moins influencés par l’argent des majors qui régleraient ce problème dans l’avantage des artistes et du public, cela permet de soutenir les artistes et est également un acte de résistance contre la loi Hadopi et les majors, un refus de se laisser entuber.

N’oubliez pas non plus le plan de résistance anti-hadopi.

Diffusez l’information et si vous faites l’expérience postez les résultats

Sur ce, bonne musique !

Publicités